IEIF indices

Les indices immobiliers de l’Institut de l’Epargne Immobilière & Foncière




Espace presse

 Indices de performances de l'immobilier en Bourse
 Indices de performances de l'immobilier

 Indices de performances de l'immobilier en Bourse

Indice Euronext IEIF REIT Europe
au 27/02/2015
Indice
Prix
Performance
Globale
Cours
(Base 1000 en 2002)
1 996,26 3 683,64
Sur un mois
+3,78 % +3,78 %
Sur 12 mois
+32,01 % +37,79 %
Depuis le 01/01/2015
+17,64 % +18,05 %
          
Indice Euronext IEIF SIIC France
au 27/02/2015
Indice
Prix
Performance
Globale
Cours
(Base 1000 en 2002)
2 805,85 5 161,66
Sur un mois
+2,86 % +2,86 %
Sur 12 mois
+25,41 % +32,48 %
Depuis le 01/01/2015
+18,53 % +18,99 %

L'optimisme des acteurs économiques annonciateur d'une sortie de crise ?

Un certain optimisme des acteurs semblent s'être installé depuis le début de l'année notamment en Europe. Malgré certaines tensions locales comme le conflit russo-ukrainien et ses risques de contagion aux pays périphériques (pays Baltes) ou le bras de fer engagé entre la BCE et le FMI d'une part et le nouveau gouvernement grec d'Alexis Tsipras d'autre part, les marchés mondiaux ont connu un mois de février plutôt prometteur.
Outre-Atlantique, les marchés ont été inondés de nouvelles venant confirmer une certaine vigueur de la reprise américaine. Les indicateurs de conjoncture illustrent la bonne santé de l'économie américaine : un indice PMI manufacturier à 54,3 en février (contre 53,7 en janvier et un consensus à 53,8), un indice ISM des services de 56,9 en février (contre 56,7 en janvier et 56,5 attendu), un taux de chômage à 5,5% soit son plus bas niveau depuis 7 ans (5,6% attendu), un robuste rapport sur l'emploi non agricole faisant état de la création de 295 000 postes (contre 257 000 attendus). D'autres statistiques viennent toutefois nuancer cet optimisme comme l'indicateur de la confiance des ménages en recul à 93,6 (contre 98,1 attendu soit son niveau de janvier) ou un indice ISM manufacturier à 52,9 en février (contre 53,5 en janvier et 53 anticipé). De plus, les bons chiffres de l'économie américaine alimentent une inquiétude grandissante des investisseurs concernant la date du relèvement des taux de la FED : aura-t-il lieu dès le mois de juin ?
Contrairement au mois précédent les indices de référence américains enregistrent des performances positives. Ainsi, l'indice américain de référence Dow Jones Industrial Average Price affiche un gain de 5,6% sur le mois et l'indice S&P 500 augmente de 5,5% en février. A noter, l'indice composite américain Nasdaq a fait un retour en force ces derniers jours en dépassant la barre symbolique des 5 000 points pour la première fois en près de 15 ans.
Du côté des marchés asiatiques, la situation est toujours délicate. Au Japon, bien que les exportations aient affiché une progression sur un an de 17% en janvier, les importations ont, elles, marqué leur plus fort repli depuis 5 ans (-9%). Le gouvernement nippon a également révisé le chiffre de sa croissance au 4e trimestre 2014 à 1,5% contre 2,2% initialement publié. La Chine a, quant à elle, surpris tout le monde en abaissant son principal taux directeur et de dépôt d'un quart de point à 5,35% afin de lutter contre la déflation. Le gouvernement chinois a également corrigé ses prévisions de croissance pour 2015 et table désormais sur un taux de 7%. Ces décisions s'inscrivent dans un contexte morose bien qu'en très légère amélioration comme le montre l'indice PMI manufacturier préliminaire à 50,1 (contre 49,7 en janvier, un indice supérieur à 50 étant synonyme d'expansion) et l'indice PMI des services à 52 (contre 51,8 en janvier). En Europe, les acteurs affichent un regain d'optimisme non négligeable. Ce nouvel état d'esprit est en partie dû à une accélération de la croissance économique au 4e trimestre 2014 notamment en Allemagne à 0,7% (contre 0,3% attendu). La première puissance européenne a également fourni des indicateurs venant renforcer le sentiment que le point bas de la crise est désormais passé comme par exemple un taux de chômage à 6,5%, un indice IFO du climat des affaires à 106,8 en février (contre 106,7 en janvier), un indice ZEW de 53 en février soit sa 4e hausse consécutive (48,4 en janvier), un indice PMI des services à 55,5 (contre 52,7 en janvier) et un indice PMI manufacturier stable à 50,9. Mais ce regain d’optimisme a également été conforté pour la première fois par des données venant de la France. Cette dernière a publié un indice PMI des services de 53,4 en février (contre 49,4 en janvier) renforçant l’idée d’une reprise de l’activité économique, et un indice de confiance des ménages à 92 (contre 90 en janvier) soit son plus haut niveau depuis mai 2012. La BCE intègre donc cet optimisme dans ses prévisions pour la zone Euro qu’elle a revu à la hausse avec une croissance de 1,5% pour 2015, de 1,9% pour 2016 et de 2,1% en 2017. Son président, Mario Draghi, souligne même cet optimisme à travers ses prévisions de l’inflation pour la zone : 1,5% en 2016 et 1,8% en 2017.
Les indices immobiliers européens ont, quant à eux, affiché des performances certes plus raisonnables que celles du mois dernier mais toujours en adéquation avec une ascension vertigineuse. En effet, l’indice de performance globale Euronext IEIF REIT Europe gagne 3,8% tandis que l’indice Dow Jones Stoxx 50 enregistre une croissance de 6,6% sur le mois. L’indice Euronext IEIF SIIC France progresse de 2,9% à comparer au bond de 7,5% de l’indice CAC 40 en février.
Ainsi depuis le début de l’année, l’indice Euronext IEIF REIT Europe croît de plus de 18% tandis que l’indice Euronext IEIF SIIC France bondit de près de 19% à comparer aux 13,6% de l’indice Dow Jones Stoxx 50 et 15,9% du CAC40.


 Haut

 Indices de performances de l'immobilier

EDHEC IEIF Immobilier d'entreprise France au 31/12/2014
Indice
Prix
Performance Globale
Cours
(Base 1000 en 2002)
1 697,9 14 226,9
Sur un mois
+0,5 % +0,5 %
Sur 12 mois
-1,4 % +3,8 %
Depuis le 01/01/2015
-1,4 % +3,8 %
 
RPX IEIF Logements
Paris Ile-de-France au 31/10/2013

Indice
Prix
Cours
(Base 1000 en 2002)
4 928,3
Sur un mois
+0,8 %
Sur 12 mois
-0,4 %
Depuis le 01/01/2013 +1,6 %
L'indice de prix EDHEC IEIF Immobilier d'Entreprise France est en progression de 0,5% en décembre après avoir baissé de 0,1% en novembre. L'indice est en baisse de 1,4% sur douze mois. Sa volatilité annuelle sur longue période (depuis 1980) est de 6,7 %. L'indice de performance globale affiche une hausse de 3,8% en année glissante. Le rendement du dividende de l'indice sur le troisième trimestre de 2014 s'élève à 5,2%.

          
Le prix des logements quasi stable en octobre
L'indice RPX IEIF Logements Paris Île-de-France progresse de 0,8% en octobre après une hausse de 3,6% en septembre. Le nombre de transactions sur les douze derniers mois diminue de 8,6% par rapport aux douze mois précédents. L'indice se situe 1,6% au-dessus de son niveau de début d'année.
La progression d'octobre 2013 est notable comparée à la baisse de 2,1% enregistrée en octobre 2012 et à celle de 4,2% enregistrée en octobre 2011. Sur une base trimestrielle l'indice gagne 1,3% tandis qu'il chutait de 3,1% un an auparavant. Sur une base annuelle il est en recul de 0,4% contre 0,3% de progression il y a un an.
Le marché est en déséquilibre chronique depuis mars 2010 avec un écart très élevé entre le compartiment des biens chers et celui des biens bon marchés, matérialisé par un rapport élevé entre le sous-indice du troisième quartile et celui du premier quartile. Ce rapport a culminé à 2,38 en juin 2012, à comparer avec une moyenne historique de 1,97. Il est de 2,26 en octobre, en baisse rapide depuis juin. La volatilité des variations quotidiennes de prix sur 30 jours calculée sur une base annualisée a chuté à 4,8% fin octobre contre 8,4% fin septembre, sa moyenne historique se situe à 4,2%.


L'indice est représentatif du marché des transactions sur les parts de SCPI à capital fixe non fiscale sur une base mensuelle à partir d'une technologie de type boursier. Il est calculé sur les prix des parts des SCPI les plus liquides (volume de transaction annuel glissant supérieur à 2 million d'euros) pondérés par la capitalisation. L'indice est publié le 10 de chaque mois sous forme d'un indice nu et d'un indice brut (dividendes réinvestis). Son historique démarre à fin 1980.
                
 Haut

 


 
La gamme d'indices | Notre approche | l'IEIF | Espace Presse